LOGO MI SOLO NEW
328942_1200x700_acf_cropped 328942_1200x700_acf_cropped

Raphaël et Noëlie Sawadogo, créateurs et tisseurs

« J’ai appris la teinture et ça m’a plu, j’aime la création ! » Raphaël Sawadogo a déjà vécu plus de dix vies. Dans le bois, dans la certification, à l’étranger, il a exercé de nombreux métiers, parfois très bien rémunérés, jusqu’à devenir employé d’un atelier de tissage. « J’étais le bras droit du patron, un ami de longue date, je l’aidais notamment  dans la gestion administrative ». Puis son ami lui annonce un départ imminent aux Etats-Unis et la fermeture de l’atelier. « J’étais en danger ! » C’était il y a quatre ans. Il se décide à apprendre la teinture, et c’est une révélation. « J’aime beaucoup cela, et cela fait vivre ma famille ». A ses côtés, Noëlie, son épouse, crée et tisse les prototypes. Le couple est installé dans la cour de leur maison de Cissin, à Ouagadougou. Un métier à tisser de 10 mètres s’y impose, portant les fils de la création en cours.

Détails du tissage de pagne traditionnel au Burkina Faso.

Détails du tissage de pagne traditionnel au Burkina Faso.

« Nous tissons du Faso Danfani, à partir de coton local, le plus souvent possible bio. » Le Faso Danfani revenu à la mode à la faveur de la préférence nationale donnée aux créations locales n’a pas généré chez eux de hausse d’activité. « Mais nous avons une valeur ajoutée : nous tissons du fil de 40, alors que les autres tissent du 20. » Un fil beaucoup plus fin et élégant que le Danfani traditionnel, parfois un peu lourd à porter. Raphaël et Noëlie misent également sur la sobriété pour se différencier « pas de fils dorés chez nous, ni de motifs criards ». De fait, leurs pagnes sont soit « blanc sale », c’est-à-dire écru, soit de couleurs pastel.

Car Raphaël privilégie la teinture naturelle de son fil, à base de feuilles, de racines, d’écorces ou de pierres. Et même lorsqu’il doit utiliser des teintures chimiques pour des raisons financières, il s’astreint à une gamme de couleurs proches de celles obtenues par teintures naturelles. Une fois le fil nettoyé par débouillissage, le motif créé par Noëlie et le prototype tissé, ce sont quatre femmes qui tissent les pagnes qui partiront chez les clients. Raphaël travaille avec les particuliers mais également des couturiers, et pas des moindres. François 1er, styliste burkinabè de renom, a été séduit par la finesse de son Danfani et la délicatesse de ses motifs. « Et nous sommes parmi les seuls à tisser en 45 cm de large, là où les autres tissent plutôt du 30 cm ». L’exigence du couple Sawadogo pour la qualité finale, la difficulté à tisser un fil aussi fin font que certaines femmes refusent de tisser, car « il faut être posé, écouter les conseils et accepter les critiques » souligne Raphaël.

L’an passé, en mars 2016, la remise au goût du jour du Danfani et la décision présidentielle de produire un pagne national dans ce coton a provoqué une rupture de fils. « il n’y en avait plus, nulle part », se souvient Raphaël, qui a dû se séparer de 6 de ses tisseuses.

Aujourd’hui, elles se sont réinstallées dans d’autres activités et ne souhaitent pas revenir. Raphaël est donc confronté au problème de tout artisan en croissance. Pas assez de mains pour augmenter la quantité, et donc pas assez de revenus pour engager 6 nouvelles employées et investir dans le matériel qui va avec. Mais la ténacité et le professionnalisme du couple laisse deviner que cet état ne durera pas éternellement, grâce à leurs nombreuses recommandations. D’ailleurs, les objectifs sont clairs : « j’ai acquis un petit terrain, je souhaite y construire un atelier pour y réunir toutes les étapes depuis la teinture jusqu’à l’exposition-vente des produits finis.» Et rendre ainsi la cour de leur petite maison aux jeux de leurs trois enfants et du chien Tex.

Le tissage de Faso Danfani demande du sérieux et de la précision pour obtenir un produit de qualité qui se différenciera.

Crédit : Sophie Garcia

Newsletter

Viens je t'emmène

Newsletter

Viens je t'emmène